Comprendre la notion de viscosité

Posté par: Patrick K. Dans: Huiles et Lubrifiants Sur: Commentaire: 0 Frappé: 6378

Mieux comprendre la viscosité des huiles afin de faire le bon choix pour son moteur.

La viscosité cinématique caractérise l’épaisseur de l’huile. 

L’unité est le mm2/s ou centistoke (cst)

La valeur normée est mesurée à la température de 40°C

Plus cette valeur est faible, plus l’huile est fluide. Inversement plus cette valeur est élevée, plus l’huile est épaisse

La lubrification du moteur et la fonction anti-usure se fait grâce à la combinaison de deux fonctions :

- La résistance du film d’huile entre les pièces : Cette résistance est liée à la nature et la qualité de l’huile de base (minérale standard, minérale hydocraquée, synthèse standard, synthèse premium …) et à la viscosité de l’huile à la température de fonctionnement du moteur. Plus la viscosité est importante, plus le film d’huile est résistant

- Les additifs anti-usures qui entre en action par réaction chimique à partir de 70°C

Au démarrage, l’huile est à la température extérieure du moment. Une fois le moteur chaud, la température de l’huile est autour de 110 °C

L’huile moteur possède un grade, par exemple 10W40.

Le 10W exprime une plage de valeur de viscosité réelle à froid (40°C)

Le 40 exprime une plage de viscosité à chaud (100°C)

Dans la plupart des moteurs on a ce qui s’appelle un carter humide. L’huile est stockée dans le bas du moteur et le vilebrequin (pièce qui actionne les pistons via les bielles) barbotte dans l’huile. Plus l’huile est épaisse dans le carter, plus celle-ci va freiner le déplacement du vilebrequin. 

C’est comme lorsque l’on fait une mayonnaise, une béchamel … plus ça devient épais, plus il est difficile de battre. Ce phénomène fait consommer du carburant pour rien et fait donc des émissions polluantes pour rien.

Les constructeurs automobiles ont donc demandé au fabriquant de lubrifiant de baisser la viscosité des huiles à froid afin de réduire les émissions polluantes et de réduire les consommations de carburants.

De 20W50 dans les années 60, l’huile moteur à évoluer vers 15W40 dans les années 70, puis 10W40, puis 5W40, puis 5W30. Depuis quelques années la tendance est au 0W30, 0W20. Après avoir continuellement baissé la viscosité à froid (20W puis 10W, puis 5W, puis 0W) c’est maintenant également la viscosité à chaud qui est visée avec les grades 0W20. Le film d’huile d’une 0W20 étant très peu visqueux à chaud, donc très fin, il faut obligatoirement des moteurs qui ont été conçus pour fonctionner avec ce type d’huile

commentaires

laisse ton commentaire

dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi samedi janvier février Mars avril Mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre